Le vivant et sa représentation: Usages de l'image dans les sciences de la vie

Journée d'étude, Université de Liège, 1er avril 2015.

Affiche

Local: Salle de réunion du Département de philosophie (Place du Vingt-Août 7, 3e étage).

Contact et organisation: Aurélien Zincq, Jessica Borotto.

 

L'image occupe une place prééminente dans la production du savoir dans les sciences de la vie, que l'on pense aux représentations graphiques des premiers naturalistes ou, plus récemment, aux images obtenues grâce aux microscopes électronique et atomique, aux techniques modernes d'imagerie médicale. Mais aussi à l'imagerie métaphorique, aux analogies, qui jouent depuis toujours un rôle dans la conceptualisation du vivant. L'image constitue à la fois (1) un intermédiaire entre le vivant et le scientifique qui l'étudie, (2) le support sur lequel se développe la recherche en biologie, (3) mais aussi la mise en forme de celle-ci. Elle est ainsi le centre autour duquel s'articulent les pratiques du chercheur dans les sciences de la vie : ce qui permet d'appréhender le vivant, ce à partir de quoi il est étudié et la représentation du savoir scientifique qu'il s'agit de diffuser.

Les travaux de nombreux auteurs, parmi lesquels Evelyn Fox-Keller, Stephen Jay Gould, Donna Haraway, nous permettent d'aborder la question du statut épistémologique de l'image en considérant l'influence de son caractère historique et situé sur les pratiques scientifiques et sur la production du savoir. L'image, de ce point de vue, ne constituerait donc pas un support neutre de l'activité scientifique, mais serait bien plutôt investie par ce que nous pourrions appeler une vision du monde ou encore un imaginaire. Par ailleurs, ces auteurs ont également mis en évidence la possibilité, pour les pratiques scientifiques elles-mêmes, de transformer en retour cet imaginaire dans lequel elles s'inscrivent. On constaterait de la sorte un mouvement circulaire entre les représentations véhiculées au sein d'une société et les représentations du vivant que le scientifique manipule.

Notre but est d'interroger le rôle de l'image dans les pratiques des sciences de la vie depuis cette relation de transformation réciproque entre le caractère situé de l'image et les nouveautés émergeantes du développement de la recherche scientifique. Notre propos consiste également à préciser le fonctionnement propre des images au sein des pratiques scientifiques du point de vue théorétique. Est-il possible de tisser un lien entre ce fonctionnement de l'image comme intermédiaire, support et mise en forme, et son appartenance à un imaginaire historique et situé? L'image peut-elle être considérée comme un facteur de reproduction d'un paradigme scientifique orientant l'évolution de la connaissance? Quel statut et quel champ opératoire est-il possible d'accorder à la métaphore et à l'analogie comme outils de conceptualisation? L'image est-elle un terme générique désignant en fait un acte d'intuition? L'image peut-elle se faire vectrice d'innovation scientifique et de transformation des paradigmes, en ouvrant des parcours de recherche nouveaux pour de vieilles impasses scientifiques?

Intervenants