Accueil
 

 


Séminaire de recherche en phénoménologie

2006-2007

Théorie et pratique

 

Présentation - Programme - Dispositions pratiques - Formulaire d'inscription

Le projet philosophique de la phénoménologie, dès sa fondation, s'annonce comme le projet d'une science éidétique de la conscience. En se tournant vers les vécus ou les  phénomènes, elle vise en réalité la totalité de l'étant dont elle cherche à saisir les lois d'essence, c'est-à-dire les conditionsuniverselles a priori, en se plaçant au niveau du pur apparaître. Elle est donc confrontée à la nécessité de s'affranchir de la préoccupation pour les faits singuliers mondains qui caractérise l'attitude naturelle ou quotidienne, et de rompre avec l'intérêt de celle-ci pour l'existence mondaine. En d'autres termes, le projet phénoménologique d'une science ou d'une philosophie première est suspendu à la possibilité de s'établir comme théorie descriptive pure des vécus, rigoureusement et méthodiquement distincte de toute attitude pratique.

Si tel est l'enjeu méthodique de la « réduction », la phénoménologie se place dès son origine au cœur d'un débat crucial pour la philosophie de son temps, qui n'est autre que celui de l'autonomie de la theoria à l'égard de la praxis, largement mise en cause après l'effondrement de l'idéalisme spéculatif (chez Nietzsche, Marx ou Kierkegaard par exemple). Le développement théorique de la logique, la naissance du pragmatisme portent les traces de ce débat fondamental pour la philosophie, au sein duquel la phénoménologie husserlienne se positionne de manière originale — notamment à l'égard du positivisme et de l'historicisme. Loin cependant de clôturer la controverse, c'est de l'intérieur de la phénoménologie (Heidegger) et parfois même en son nom que l'identification de la philosophie comme théorie fut réfléchie (Henry) et critiquée (Sartre, Merleau-Ponty, Levinas), suscitant une pluralité de prolongements dont la philosophie actuelle est encore largement tributaire.

L'idée directrice du Séminaire de recherche en phénoménologie est que la problématisation husserlienne des rapports entre théorie et pratique constitue un prisme qui nous permet non seulement de situer la phénoménologie dans l'histoire de la philosophie contemporaine, mais aussi d'examiner la pluralité de ses prolongements, de questionner ses rapports aux sciences formelles, naturelles et humaines, et enfin d'évaluer sa pertinence pour l'élaboration d'un discours philosophique aujourd'hui.

Le projet du Séminaire organisé par l'Unité de recherche « Phénoménologies » (Université de Liège) est d'offrir les conditions d'une recherche collective appuyée sur les contributions des membres de l'Unité et ouverte aux contributions des chercheurs, enseignants et doctorants belges et étrangers intéressés par cette thématique. Organisé sur une semaine complète, il constituera une plate-forme idéale d'échange et de confrontation pour la recherche actuelle en phénoménologie.

Le Séminaire de recherche en phénoménologie est une activité de la formation doctorale, qui relève de l'Ecole doctorale en philosophie près le FNRS.