Département de philosophie

Unité de recherche Phénoménologies

Présentation

Fondée en 2001 et attachée depuis ses débuts au Département de philosophie de l'Université de Liège, l'unité de recherche "Phénoménologies" (URPh) est une composante de l'unité de recherche "Traverses". Elle inclut, depuis 2008, le Service d'esthétique de l'Université de Liège. L'URPh compte 19 membres et 12 collaborateurs.

L'objectif général de l'URPh est l'avancement de la recherche dans le domaine de la phénoménologie philosophique. Les moyens choisis pour réaliser cette tâche sont d'abord le développement de collaborations internationales, ensuite l'établissement d'un dialogue critique avec des disciplines non philosophiques et avec d'autres positions philosophiques. A cette fin, l'URPh organise un certain nombre d'activités de recherche à l'université de Liège — séminaires, ateliers de lecture, colloques consacrés à des problèmes qui intéressent la communauté phénoménologique.

» Axes de recherches

» Historique

Publications récentes

Jérôme Englebert & Caroline Valentiny, Schizophrénie, conscience de soi, intersubjectivité, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2017. Plus

    Comment rencontrer l’homme schizophrène dans sa singularité, dans la richesse et les difficultés de son expérience ? Comment partager l’indicible de la rupture psychotique? Comment dépasser les catégorisations symptomatiques réduisant l’homme à sa maladie? Les auteurs proposent une approche contemporaine et inédite de la schizophrénie en s’inspirant de l’échelle EASE qui permet une exploration guidée de la (des) subjectivité(s) schizophrénique(s). Cet outil permet de percevoir différemment la maladie, de l’intérieur, offrant une perspective originale, susceptible de nouer des dialogues féconds avec la psychanalyse et les sciences cognitives. Le choix d’une approche phénoménologique s’ancre dans une volonté de laisser la place à l’étonnement, de ne pas pré-penser, ou le moins possible, le recueil d’expériences. Les explorations des phénomènes décrits par les patients se nourrissent de la tradition de la psychopathologie phénoménologique (Blankenburg, Minkowski, Binswanger, Tatossian) et de ses apports contemporains (Stanghellini, Sass, Parnas, Fuchs) tout en laissant au phénomène clinique la primauté. L’ouvrage explore l’hypothèse selon laquelle la folie pourrait dériver d’une intensification plutôt que d’un affaiblissement de la conscience. Les phénomènes d’hyper-réflexivité semblent constituer des moments centraux dans le rapport au monde des personnes schizophrènes qui relatent des phénomènes d’exacerbation de la pensée, de recherche de sens, d’intensification de la réflexion au détriment de la capacité d’abandon naturelle au monde. Info

Charlotte Gauvry & Guillaume Fagniez (éd.), Le problème catégorial au tournant du XXe siècle: néokantisme, herméneutique et phénoménologie, numéro spécial des Études philosophiques, 173 (2017/3). Plus

    La réflexion sur les "catégories", à savoir sur la nature et la modalité des concepts fondamentaux de la connaissance, traverse l’histoire de la philosophie. On a cependant coutume de considérer que cette histoire est marquée par deux moments paradigmatiques: le moment aristotélicien et le moment kantien. Info

Denis Seron, Apparaître: Essai de philosophie phénoménologique, Leiden Boston, Brill, 2017. Plus

    L'intentionnalité — cette singulière propriété qu'a l'esprit d'être dirigé vers le monde — est aujourd'hui un des problèmes les plus débattus dans le domaine de la philosophie de l'esprit. Dans Apparaître : Essai de philosophie phénoménologique, Denis Seron entend montrer que l'approche phénoménologique peut contribuer positivement à ce débat. Il propose de voir dans l'intentionnalité une notion fondamentalement phénoménologique et, en conséquence, de la définir en termes d'apparence. Il esquisse ensuite, sur cette base, une théorie de l'apparence, dont il suggère enfin qu'elle fournit un cadre approprié pour d'autres problèmes comme ceux de l'unité de la conscience, de l'inconscient, etc. Info

Federico Boccaccini & Anna Marmodoro (éds.), Mental Powers in Early Modern Philosophy, special issue of the British Journal for the History of Philosophy, 23/3 May 2017. Plus

    The proposed special issues covers the period seventeenth- and eighteenth century and focuses on the issue of how a sample of influential thinkers of that period conceptualised the human agent’s mental abilities as governing perception, action and moral behaviour. The representative thinkers included in this issue are: Descartes, Cudworth, Locke, Spinoza, Malebranche, Leibniz, Reid, Hume, Rousseau, and Kant. During the period under consideration in this proposed issue there is a great revival of interest in the powers, capacities or faculties of the human mind, leading to innovative accounts which partially ground in a broad sense, modern psychology. Having inherited a general classification of the cognitive and moral powers from late Scholasticism, many authors during the period under consideration were mainly interested in putting them to work, to explain and describe how we think and perceive (rather than the contents of our thoughts and perceptions). Accordingly, the proposed special issue examines several aspects of the mental life, including perception, attention, reflection, imagination, consciousness, conscience, self-knowledge, activity and passivity of thought. Info

Franz Brentano, Psychologie descriptive, trad. fr. Arnaud Dewalque, Paris, Gallimard, 2017. Plus

    Prononcées à Vienne entre 1887 et 1891, les leçons de Psychologie descriptive de Franz Brentano marquent une étape décisive dans l'histoire de la tradition phénoménologique. Brentano y expose, de façon claire et explicite, sa distinction cardinale entre les deux branches de la psychologie empirique: la psychologie descriptive ou "psychognosie", qui s'occupe d'analyser les éléments constitutifs des phénomènes psychiques, et la psychologie génétique, qui tente d'expliquer leur apparition par une recherche des causes. Cette distinction, qui n'était pas encore reconnue explicitement dans la Psychologie du point de vue empirique (1874), constitue l'acte de naissance du mouvement phénoménologique. Info
Université de Liège Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS) Département de philosophie Unité de recherche Traverses Faculté de philosophie et lettres Groupe de contact "Phénoménologie" du FRS-FNRS Service d'esthétique FNRS - Ecole doctorale de philosophie Bulletin d'analyse phénoménologique Brentano School Sources BeIPD-COFUND Société belge de philosophie